Choisir sa voiture radiocommandée électrique en 5 étapes

0
4929

Le modélisme n’est plus réservé à une élite : chacun peut acquérir sa voiture radiocommandée et se lancer dans la course. Si vous êtes plutôt du genre à aimer le calme et la simplicité, préférez alors un modèle réduit à moteur électrique, bien plus accessible et propre qu’un moteur thermique à petite échelle. Voici 5 conseils pour bien choisir parmi des critères nombreux et complexes.

Avant de courir, il faut choisir son moteur

Pourquoi choisir un moteur plutôt qu’un autre ? Les voitures radiocommandées existent en deux motorisations, chacune possédant ses propres avantages :

  • Les moteurs électriques sont propres, silencieux, et faciles d’utilisation ; ils disposent en général d’une autonomie de 10mn ;
  • Les moteurs thermiques fonctionnent au méthanol et sont considérés d’usage plus complexe, notamment pour l’entretien.

Par moteur électrique, on entend un moteur qui puise son énergie dans une batterie rechargeable ou dans des piles. Ces voitures radiocommandées balancent entre points positifs et négatifs, que voici :

  • Avantages : elles sont propres, ne font pas de bruit et ne produisent pas d’odeur ; elles sont souvent moins chères à l’achat.
  • Inconvénients : il faut posséder plusieurs batteries (ou attendre que la seule que vous ayez se recharge) ; elles sont moins nerveuses que les voitures à moteur thermique (comme les vrais véhicules, d’ailleurs) ; les batteries ont une durée de vie inférieure à celle d’un moteur thermique.

Choisir entre une voiture en kit ou déjà montée

Il existe deux types de véhicules à l’achat :

  • Les voitures en kit, livrées en pièces détachées ;
  • Les voitures RTR (« ready to run »), déjà assemblées ; il ne reste plus qu’à acheter les batteries, ou « accus » dans le jardon du modélisme.

Vous qui avez déjà monté un meuble Ikea, vous savez à quel point la phase d’assemblage peut devenir un enfer. Le plan, très clair au fil des quatre premières pages, se transforme brusquement en incunable illisible, et malgré l’assurance de la simplicité, vous découvrez au pire moment possible (le dimanche quand tout est fermé) qu’il vous faut une perceuse ou une nouvelle clé à molette.

Logiquement, les débutants devraient donc plutôt se tourner vers des modèles RTR. Pourtant, assembler sa voiture a un indéniable avantage : il force à mieux la connaître, ce qui peut être crucial au moment de l’entretien (que les spécialistes recommandent tous les 10 vidages de batterie). Le modélisme, c’est aussi du bricolage, alors autant commencer de suite.

Choisir sa voiture radiocommandée électrique en 5 étapes 2

Choisir entre une voiture pour piste ou tout-terrain

Deux grandes catégories de tenue de route s’opposent :

  • La voiture pour piste est limitée aux espaces dédiés et aux environnements urbains plats : places, squares, trottoirs, rues goudronnées.
  • La voiture tout-terrain peut aller partout, aidée par des suspensions du tonnerre. Elle peut aussi effectuer des sauts et des figures diverses, mais sera moins efficace sur piste.

S’il est possible de faire rouler une tout-terrain sur de la piste, au risque d’en réduire les performances, l’inverse n’est pas possible : un véhicule prévu pour la piste pourrait s’endommager aisément sur des terrains accidentés.

Choisir l’échelle de sa voiture radiocommandée électrique

L’échelle détermine la taille du véhicule et, de fait, son encombrement. Les modèles radiocommandés sont disponibles en plusieurs tailles : du 1/43e au 1/8e, en général (1/43e correspondant à une taille 43 fois plus petite que le modèle réel), et jusqu’à 1/5e. L’encombrement est à prendre en considération : une carcasse d’un mètre de long n’a pas le même effet sur l’étagère qu’un modèle de 10cm.

Les plus répandus sont des modèles à l’échelle 1/8e et 1/10e, soit entre 40 et 50cm de long. Optimales pour débuter, ces voitures sont d’un encombrant acceptable et se montrent polyvalentes – contrairement aux modèles plus petits, 1/43e et 1/18e, dont les performances en extérieur sont forcément très limitées.

Choisir sa voiture radiocommandée électrique en 5 étapes 3

Choisir ses batteries

Les « accus » (pour ceux qui ont bien lu ce qui précède) réclament une attention particulière puisqu’ils sont la source d’énergie du véhicule. Il en existe trois sortes :

  • Les traditionnels Ni Cd (Cadmium nickel), polluants et peu à peu remplacés par des accus plus propres
  • Les Li Po (Lion-Polymer)
  • Les Ni MH (Nickel Hydrure Métallique)

Dans la mesure où les premiers sont en train de disparaître, le choix se fait donc entre les deux autres possibilités. Les plus performants sont les Li Po. Mais ils s’accompagnent de contraintes : ils nécessitent un chargeur spécial (muni d’un équilibreur, sinon la batterie peut prendre feu), doivent être adaptés au moteur et peuvent se détériorer rapidement.

Optez plutôt pour le modèle Ni MH, plus simple d’usage et plus polyvalent. Attention toutefois à bien choisir le voltage adapté au véhicule (en général, 7,2 volts) et la bonne capacité en milliampère/heure, qui détermine l’autonomie. Si vous désirez pouvoir profiter plus longtemps de votre voiture radiocommandée en une seule utilisation, investissez dans des accus à forte capacité.

Avec ces quelques conseils en tête, vous êtes désormais à même de vous offrir la voiture radiocommandée électrique de vos rêves !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here