L’avenir radieux des objets connectés

0
437

La plupart des études le disent : ils seront entre 50 et 80 milliards d’ici à 2020, dans le monde entier. De quoi s’agit-il, d’une nouvelle espèce d’insectes ? Non, des objets connectés à Internet, objets du quotidien des loisirs et du travail, de la santé et de la maison, qui permettent de recevoir et de transmettre des données. Ce n’est plus le monde réel qui se numérise, ce sont nos existences qui deviennent digitales. Et le monde professionnel ne compte pas rater le train de la révolution, qu’on se le dise.

Objets déconnectés ?

Leur heure n’est pas encore advenue, mais elle ne saurait tarder. Aujourd’hui, les objets connectés ne convainquent pas. Qu’il s’agisse du grand public ou des professionnels, ces « machins » divers branchés au web ressemblent à des gadgets futuristes inutiles dont la finalité pourrait bien être de plonger la planète dans les ténèbres d’un « Big Data » incontrôlable.

Ce marché est aussi effrayant qu’il est jeune. Effrayant, parce que le public reste attaché au respect de sa vie privée et qu’il aime à maîtriser ce qui, chez lui, est connecté ou ne l’est pas : si l’on excepte les smartphones, tablettes et ordinateurs, les objets déconnectés, c’est aussi très bien. Ajoutons que la liste des inconvénients, si elle n’est pas longue, n’est pas pour autant rassurante.

L’avenir radieux des objets connectés 2

Prendre le train (connecté) en marche

Un marché jeune, aussi, mais en plein développement : il existe bel et bien (voir page suivante) et s’impose doucement via des applications efficientes et calibrées, qui promettent de convaincre petit à petit le public de laisser pénétrer chez lui des objets connectés qui lui faciliteront la vie.

Le monde professionnel n’est pas en reste. Non seulement il ne faudrait pas louper le coche d’un marché qui ne devrait cesser de grandir, mais en outre, les objets connectés pourraient bien modifier en profondeur de nombreux secteurs d’activité. Et les acteurs de ces secteurs préfèrent prévenir que guérir. Voici quels domaines seront, demain, impactés de plein fouet par les objets connectés.

L’avenir radieux des objets connectés 3

L’avenir des objets connectés

  • Le secteur de la santé. Voilà certainement le terrain qui est actuellement le mieux labouré par les avancées technologiques liées aux objets connectés, et le plus prometteur également en termes de bienfaits. Accessoires pour surveiller sa santé, objets pour mesurer ses données physiologiques, appareils constamment reliés au monde médical (par exemple en cas de maladie chronique)… Les applications sont vastes et pourraient bien sauver des millions de vies.
  • Le secteur du sport. Petit frère de la santé, le sport version objets connectés vise une révolution à la fois chez les professionnels et les sportifs occasionnels. Bracelet qui affiche les données importantes pendant votre jogging (distance parcourue, calories brûlées…), vêtement qui partage vos mesures corporelles avec votre entraîneur en temps réel, combinaison chauffante qui adapte la température en fonction de l’environnement… Les athlètes de haut niveau comme les performeurs du dimanche vont adorer ça.
  • Le secteur des transports. Cette révolution qui est déjà en mouvement (le smartphone permet de connaître les horaires des trains et des bus, d’afficher des plans de métro, de commander des taxis…) devrait connaître une brusque poussée avec les objets connectés. La voiture, par exemple, sera de plus en plus bardée de capteurs qui offriront de mesurer en direct sa consommation, son style de conduite (écolo ou pas), de trouver automatiquement les prochaines stations-service ou bornes électriques, etc.
  • Le secteur de la maison. Si l’intérêt d’un frigo ou d’un grille-pain connectés ne saute pas immédiatement aux yeux, les applications digitales du mobilier devraient révéler tous leurs bienfaits dans les domaines de l’écologie et de la sécurité. Imaginez un instant que votre Frigidaire vous indique en temps réel les produits à consommer au plus vite, que votre machine à laver vous propose un programme plus écologique en fonction des affaires que vous souhaitez laver… Ou que vos portes et fenêtres réagissent à une effraction en envoyant à la police les signalements des cambrioleurs ?
  • Le secteur des services. Comme l’explique très bien un article rédigé par un collaborateur d’Investance, le monde de la banque et de l’assurance se prépare à prendre pied sur le territoire des objets connectés. Ceux-ci pourront aider à accélérer les procédures des assureurs, prévenir les sinistres (des capteurs installés le long des canalisations d’une maison pour éviter les fuites), faciliter la communication avec les techniciens, améliorer les tarifications, etc.
  • Le secteur des loisirs. C’est sans doute le principal secteur concerné par les objets connectés, mais aussi celui qui est le plus connecté de nos jours. Montres qui regroupent toutes les fonctionnalités d’un smartphone, téléviseurs et appareils hi-fi connectés, drones… Les applications sont tout simplement infinies. Mais seront-elles vraiment utiles ?

Les objets connectés ont un avenir tout tracé. Il reste néanmoins à savoir si leurs applications convaincront le grand public, ou seront plutôt réservées aux professionnels.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here