Tout comprendre à propos des frais bancaires abusifs

0
295

Commissions d’intervention, frais facturés lors de certaines opérations bancaires, difficulté à se faire rembourser les sommes dues en cas de fraude à la carte bleue… Les occasions sont nombreuses pour les banques de vous ponctionner quelques euros par-ci, par-là, de façon a priori indolore, mais à terme extrêmement coûteuse pour nous autres clients. Voici une liste de ce qu’on peut considérer comme étant des frais bancaires abusifs, et quelques conseils pour mieux les maîtriser.

Les frais de gestion

Ils concernent tout ce qui à trait à la gestion globale ou précise du compte que vous avez ouvert dans un établissement bancaire. Sont-ce des frais bancaires abusifs que de vous facturer l’ouverture du compte, et même sa clôture si ledit compte existe depuis moins d’un an (selon l’engagement de la Fédération Bancaire Française de 2004) ? À chacun de voir.

N’oubliez pas que les banques se rémunèrent grâce à l’argent que vous laissez dormir sur vos comptes, et qu’en regard de cette utilisation « dormante » de vos finances, toutes les facturations supplémentaire peuvent être caractérisées comme étant des frais bancaires abusifs.

Par exemple, les frais d’émission et d’utilisation de carte de crédit, très différents selon les banques. Ils représentent souvent un critère déterminant pour choisir votre nouvel établissement. On trouve deux types de frais :

  • Le forfait d’utilisation de la carte bancaire : il atteint en moyenne 37,70€ par an et peut être mensualisé. Certaines banques peuvent offrir le remboursement de cette somme à partir d’un montant de paiements par carte déterminé à l’avance. En outre, la plupart des banques en ligne propose une carte bancaire gratuite, pour une période de temps ou pour toute la durée de votre « séjour » dans la banque en question, sous certaines conditions.
  • Les frais d’opposition, en cas de carte volée ou perdue, sont gratuits dans 50% des banques (inclus dans les frais de gestion), payants dans les autres, entre 20 et 45€ tout de même.

Ou encore, les frais de gestion de chéquier : dans la mesure où les opérations induites par l’utilisation de chèques sont un gouffre financier pour les banques (logistique, contrôle, saisie informatique, etc.), celles-ci se rattrapent avec des frais élevés appliqués à ce mode de paiement toujours aimé par les Français.

L’envoi d’un nouveau carnet de chèques peut être facturé jusqu’à 5€, et le rejet d’un chèque sur un compte débiteur peut atteindre 30€ toutes banques confondues.

Tout comprendre à propos des frais bancaires abusifs 2

Les frais de retrait d’espèces en distributeur

L’argent que vous déposez sur un compte est à votre disposition. De sorte que la banque s’engage à assurer gratuitement l’accès à vos deniers… mais si et seulement si vous vous rendez en agence pour ce faire !

Pour ce qui est de l’usage d’un distributeur, le retrait est généralement gratuit lorsqu’il est effectué depuis un distributeur appartenant à l’agence bancaire qui a émis la carte. En cas de retrait effectué depuis un autre distributeur ou depuis l’étranger, des frais s’appliquent qui varient selon les banques : ce sont purement et simplement des frais bancaires abusifs.

La plupart des banques autorisent un nombre limité de retraits mensuels gratuits dans un distributeur d’un autre établissement, mais seulement s’ils sont effectués à l’intérieur de la zone euro. Au-delà de ce nombre limité, la banque applique des frais pour chaque retrait supplémentaire. En voici une liste mise à jour en 2015.

Les choses se compliquent quand les retraits sont effectués en dehors de la zone euro. Les tarifs sont calculés sur deux bases : une somme fixe plus un pourcentage du montant total du retrait. Vous trouverez tous les détails ici. Et vous comprendrez que mieux vaut limiter au maximum ses retraits depuis l’étranger.

Tout comprendre à propos des frais bancaires abusifs 1

Les frais de dépassement

Là, nous rentrons dans le petit monde absurde des banques. Si vous trouvez que la facturation d’une ouverture de compte ou d’une émission de carte bleue tiennent des frais bancaires abusifs, que penser de cette habitude qu’ont les établissements de vous ponctionner des sous dès lors que vous n’en avez plus assez ?

Les frais de découvert s’appliquent dès lors que votre compte est débiteur sans autorisation préalable. En cas d’autorisation, et suivant les conditions qui la sous-tendent, il est possible d’obtenir une marge de manœuvre qui peut être exprimée en seuil monétaire ou en durée.

Les frais de rejet s’appliquent si votre compte est débiteur et que la banque doit rejeter vos paiements. Le paradoxe, comme pour le découvert, c’est que si vous n’avez pas les crédits suffisants pour effectuer vos paiements, vous ne les avez toujours pas pour être facturé par votre banque…

Tout comprendre à propos des frais bancaires abusifs 4

Quelques conseils pour éviter les frais bancaires abusifs

Il y a deux types de frais bancaires abusifs : ceux auxquels vous êtes soumis quoi qu’il advienne (frais de gestion et de retrait), et que vous pouvez réduire uniquement en comparant les établissements bancaires ; et ceux que vous pouvez éviter en vous maintenant dans une zone neutre, en n’étant ni trop aisé, ni trop en difficulté financière. Observez ces principes de base :

  • Planifiez votre budget mensuel et consultez régulièrement vos comptes pour ne pas risquer un découvert qui entraînera des frais supplémentaires (c’est d’autant plus facile maintenant que vous pouvez accéder à vos comptes sur Internet, y compris via un smartphone ou une tablette).
  • Évitez tant que faire se peut les paiements par chèque : s’ils sont rejetés pour défaut de provision, ils vous coûteront encore plus cher.
  • Lisez attentivement la brochure tarifaire de votre établissement pour éviter les mauvaises surprises, ainsi que les révisions qui vous sont envoyées en général une fois pas an, par courrier.
  • Ne souscrivez qu’aux produits et services dont vous avez réellement besoin.
  • Faites jouer la concurrence : un comparatif des frais bancaires est publié chaque début d’année par Mieux Vivre Votre Argent, en collaboration avec la CLCV. Vous pourrez le trouver sur cette page.

Pour en savoir plus, surtout si vous êtes un « jeune client » d’une banque, consultez cette vidéo :

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here