La nécessité de l’ultra-propre dans l’ingénierie technologique

0
64

Le besoin d’ultra-propre est une nécessité dans les industries de la santé et de l’agroalimentaire, mais pas que. C’est également le cas dans l’ingénierie technologique. Si les composants microélectroniques ne sont pas particulièrement sensibles aux bactéries, virus et microbes, les choses sont toutes autres en ce qui concerne les poussières, d’où l’importance de respecter un certain nombre de règles.

L’ultra-propre primordial dans la manipulation des composants électroniques

Les motivations de l’ultra-propreté sont diverses et assez variables selon le secteur industriel concerné. Utilisée dans le domaine agroalimentaire pour éviter la propagation de bactéries sur la chaîne alimentaire, dans un laboratoire la contamination par des agents extérieurs peut avoir des effets dévastateurs sur les vertus des molécules synthétisées. Dans le domaine de l’ingénierie technologique son intérêt est totalement différent. Ici l’ultra-propre permet de manipuler des composants en évitant qu’ils ne soient en contact avec les poussières.

En effet, si l’industrie des technologies ne craint pas particulièrement les agents pathogènes, une poussière à elle seule peut suffire à altérer les performances d’un appareil. Ceci est d’autant plus vrai que de nos jours la nanotechnologie est de plus en plus prisée par les fabricants. Or plus les composants électroniques sont petits et plus ils sont sensibles aux poussières. Ces dernières peuvent endommager un circuit, ce qui engendrera des dépenses supplémentaires.

L’ultra-propre permet ainsi de garantir la qualité de divers appareils, par exemple les smartphones. Ces derniers sont composés de plusieurs éléments électroniques qui une fois réunis permettent qu’on puisse en faire usage. Pour plus aller plus loin sur ce sujet rendez-vous sur Gataka, plateforme experte en la matière. On peut donc en conclure que la protection contre les poussières permet d’éviter des défauts de fabrication, raison pour laquelle tout doit être fait dans un environnement adapté.

La salle blanche, l’environnement garant de l’ultra-propre

Les entreprises de l’ingénierie technologique ne pouvant se permettre de produire des pièces défectueuses, travailler en salle blanche est un impératif. On ne saurait d’ailleurs parler d’ultra-propre s’il n’existe pas d’environnement à empoussièrement contrôlé. Il s’agit d’un espace clos ou toutes les mesures sont prises afin d’éviter l’introduction, la production et la rétention de particules. Plusieurs paramètres sont de ce fait pris en compte notamment l’humidité, la température et la pression de l’air.

Ce type de salle existe en plusieurs classes selon le niveau de propreté exigé. Dans le secteur de l’industrie des hautes technologies il est courant que les salles propres de classe 1 soient utilisées. Elles tolèrent très peu de particules de l’ordre de 0,5 micron de diamètre par mètre cube, ce qui les rend particulièrement adaptées à certains travaux par exemple ceux relatifs à la fabrication des puces. Il reste toutefois préférable de faire confiance à un spécialiste de l’ultra-propreté pour tout besoin de salle blanche.

Faire appel à un professionnel de l’ultra-propre est en effet l’assurance d’avoir un environnement optimal. Il faut savoir que pour éviter l’introduction et la rétention de poussières aménager un espace stérilisé ne suffit pas. Le personnel appelé à y travailler doit par ailleurs respecter un certain nombre de règles d’hygiène. On vous en parle plus en détails dans cet article. Le nettoyage de la salle obéit également à des normes strictes, des consommables spécifiques existant pour maintenir un haut niveau de propreté.

Comme vous pouvez le constater, l’ingénierie technologique n’échappe pas à l’ultra-propre. Il en va de la qualité et de la performance des composants électroniques, mais aussi de l’amélioration de l’image des entreprises évoluant dans ce secteur.