Quelques conseils pour bien investir dans une start-up

0
713

Devenir Business Angel, ça vous tente ? Pas besoin, pour cela, d’attendre que des ailes vous poussent des épaules : il vous faut prendre les choses à bras-le-corps et choisir un projet qui mérite que vous y mettiez vos billes. Investir dans une start-up peut vous apporter beaucoup, mais lisez ces quelques conseils avant de vous lancer dans l’aventure, surtout si c’est la première fois.

Pourquoi investir dans une start-up ?

Une start-up, qu’est-ce que c’est ? Une petite entreprise jeune et dynamique qui se propose de lancer sur le marché une idée intéressante et innovante, avec peu de moyens et beaucoup d’envie. En termes de nombre de créations, la France fait partie des pays les plus en vue (avec, bien sûr, les États-Unis et leur Silicone Valley) grâce à ses excellentes formations d’ingénieurs.

Les raisons d’investir dans une start-up peuvent être nombreuses. Citons les principales :

  • Le goût de l’aventure et du risque
  • La volonté de donner sa chance à un projet qui vous semble bon
  • La rentabilité à moyen ou long terme (cette page vous en dira plus)
  • L’accroissement de l’économie nationale (les start-ups créent des emplois)
  • Les avantages fiscaux auxquels un tel investissement donne droit

La première est primordiale : parmi toutes les possibilités d’investissement, le financement d’une start-up s’avère bien plus risqué qu’un placement immobilier, par exemple. Toutefois, il est aussi bien plus excitant, car investir dans une start-up, c’est se fier à un business model pour dévorer un marché jeune et encore vierge avec un petit projet qui pourrait bien devenir grand.

Quelques conseils pour bien investir dans une start-up 3

Ce qu’il faut savoir pour devenir Business Angel

En tant que Business Angel, vous devez espérer d’abord de l’aventure (souvent), ensuite de l’argent (parfois). Quand vous étudiez un projet, le secret c’est de ne pas trop en attendre, ni trop vite, autrement c’est la déception assurée. N’espérez pas, en somme, devenir riche dans l’année. Investir dans une start-up, c’est partager un peu du grain de folie du porteur de projet.

Être Business Angel (= investisseur) c’est, concrètement :

  • Avoir une bonne compréhension de l’écosystème dans lequel vous allez investir, pour ne pas être largué au fil de l’avancement du projet
  • Investir de l’argent, mais pas seulement : vous apportez aussi un réseau, des connaissances, un bon coup de main dans plusieurs domaines (juridique et conseil, par exemple)
  • Challenger l’entrepreneur dans le but de le faire avancer
  • Veiller au respect approximatif de la ligne du business plan (dans la mesure où un business plan n’est jamais parfaitement respecté)
  • Faire preuve d’humilité face à des concepts innovants et des marchés jeunes, pas toujours aisés à appréhender
  • Suivre l’évolution du projet de près : demander à l’entrepreneur de rester informé régulièrement, partager des conseils, et motiver le porteur de projet si besoin pour qu’il se donne à fond

Toujours prêt à investir ? Alors, suivez ces quelques conseils.

SONY DSC

Investir dans une start-up : les règles à suivre

Avant de vous lancer dans l’arrosage financier d’une petite entreprise, commencez par bien étudier les points suivants :

  • Combien investir ? Cette question n’a pas de réponse précise car chaque opportunité d’investissement est unique. Ceci dit, il vous faut bien étudier le business plan pour avoir une idée précise des besoins financiers nécessaires, et veiller à ce que ces besoins ne surpassent pas les gains espérés. Donnez au maximum 15 à 20% du total de vos avoirs, car la possibilité de l’échec ne doit pas être perdue de vue.
  • Quel projet choisir ? Mieux vaut investir dans un projet novateur. L’examen du business plan – 10 à 20 pages suffisent – doit vous donner à voir la cohérence du projet et les grandes lignes stratégiques qui l’accompagnent et le rendent crédible. Un bon Product/Market Fit est indispensable.
  • À quelle équipe faire confiance ? Le projet doit être emmené par une équipe du tonnerre (un entrepreneur seul donne moins confiance). Les membres en doivent être complémentaires et capables de s’enrichir mutuellement. La répartition idéale : un chef d’orchestre, un administratif (qui va s’assurer qu’EDF ne coupe pas l’électricité faute de paiement), un vendeur qui peut trouver des clients, un ou deux techniciens capables de matérialiser les idées. Et une bonne équipe doit avoir un grain de folie, aussi ; pas de projet dingue sans ça !
  • Comment gérer ses dépenses ? Il y a le premier investissement, pour lancer la start-up, puis d’autres financements successifs pour agrandir le projet. Au départ, le projet doit être peu coûteux : durant les 6 premiers mois, l’entrepreneur doit veiller à ses dépenses. Pas besoin, par exemple, d’acheter un Mac à 3 000€ quand un PC à 500€ suffirait pour faire son boulot dans les bonnes conditions. Bref, votre argent doit servir à la création et à l’amélioration du projet, voire à la commercialisation, pas au paiement de billets d’avion en Business Class.
  • Dois-je investir dans un copycat ? Un copycat, c’est une start-up qui singe d’autres idées existantes. Avantages : le concept est déjà là, le risque est minimisé puisque le marché existe, et il est plus facile d’appréhender le chemin à parcourir. Inconvénients : ça reste de la copie d’idée, et les risques de saturation du marché seraient importants si d’autres venaient à faire la même chose.

Dernier conseil : investir dans une start-up, c’est aussi le faire sans attendre la pleine lune. Il ne s’agit pas de confondre vitesse et précipitation – ne bâclez pas l’examen d’un business plan – mais l’entrepreneur qui vous présente son projet a besoin de vous tout de suite, et pas dans 6 mois. Alors, si l’idée vous plaît et que l’équipe vous donne confiance… Foncez !

Quelques conseils pour bien investir dans une start-up 4

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here