Le meilleur du divertissement en ligne : focus sur Afrique Terre de sport et de paris sportifs

0
121
paris sportif en Afrique

Lorsqu’il est question d’évoquer le continent africain, les superlatifs ne manquent pas. Terre encore relativement méconnue et mystérieuse, l’Afrique ne devrait pourtant pas tarder à faire parler d’elle. Si c’est déjà le cas pour son explosion démographique, ses matières premières ou son actualité géopolitique, l’Afrique est aussi une terre de sport et vous pouvez d’ores et déjà retrouver tous les sports d’Afrique sur Paridirect. Qui dit sports populaires dit aussi paris sportifs en perspectives. Voici un petit tour d’horizons des sports les plus populaires en Afrique, les plus connus, mais aussi quelques-uns plus insolites.

L’Afrique : Terre de football avant tout, mais pas seulement.

Avant d’entrer dans le vif du sujet et d’aborder la multitude de facettes que comporte le sport africain, attardons-nous un instant sur une évidence, à savoir, le football. Il s’agit sans aucune contestation possible de la discipline reine. Un succès qui se traduit par l’engouement du public, mais aussi par le nombre de grands joueurs africains rayonnant en Europe. Parmi ceux-ci, on peut citer le Ballon d’Or Georges Weah (seul joueur africain à l’avoir remporté), l’immense Samuel Eto’o, Didier Drogba, Yaya Touré ou bien encore actuellement Sadio Mané. Fortement influencée par la colonisation française, mais surtout britannique, L’Afrique en a gardé quelques vestiges culturels et sportifs. Nous avons fait mention du football qui en fait partie, mais c’est aussi le cas du rugby et du cricket, en particulier en Afrique du Sud. L’un des autres sports  très populaires en Afrique vient cette fois-ci des Etats-Unis, il s’agit du basketball arrivé sur le continent depuis les années 60.

Le véritable succès de sports plus étonnants

Le cyclisme

Peut-être un peu plus surprenant, mais l’un des sports ayant le vent en poupe en Afrique n’est autre que le cyclisme. Rien qu’en Afrique du Sud, on recense plus de 25 600 cyclistes détenant une licence et 2600 détenant une licence en tant que compétiteur. On compte également 400 pratiquants licenciés de BMX et quelque 550 cyclistes sur piste (plus une centaine de paracyclistes). L’Afrique du Sud accueille également la plus grande course cycliste individuelle au monde avec le Cape Town Cycle Tour et ses près de 35 000 participants. Chose d’ailleurs assez peu connue du grand public, c’est sur ces terres que de grands cyclistes ont fait leurs débuts. C’est le cas du vainqueur du Tour de France 2013 Chris Froome, ou bien encore de Greg Minnaar, 3 fois champion du monde de VTT de montagne de l’UCI. Beaucoup plus au nord sur le continent, des pays comme l’Érythrée et l’Éthiopie font également figure d’étendard du cyclisme Africain. Un engouement issu de la brève colonisation italienne des 2 pays et qui aura permis à l’Érythrée d’être le premier pays du continent représenté lors du tour de France avec ses 2 cyclistes Merhawi Kudus et Daniel Teklehaimanot.

L’athlétisme

En réalité, l’athlétisme n’est pas proprement un sport insolite en Afrique, c’est même une discipline dans laquelle le continent excelle. Néanmoins, à la différence si l’Afrique excelle dans la discipline, les audiences et paris sportifs générés sont sans commune mesure avec le football par exemple. Parmi les grands champions africains de la discipline, nous pouvons citer un très large contingent Kenyan avec 128 médailles et des athlètes comme Kipchoge Keino, David Rudisha ou bien encore Catherine Ndereba, Des pays comme l’Ethiopie et l’Afrique du Sud suivent de près le Kenya avec un nombre respectif de médailles de 72 et 21.

La lutte sénégalaise

La lutte, à la différence des autres disciplines mentionnées jusqu’à présent, est une pratique autochtone de l’Afrique et qui ne doit rien à une quelconque influence coloniale. Les traces de lutte en Afrique remontent à plus de 3000 ans dans la région de l’ancienne Nubie. Eh bien, encore aujourd’hui, la pratique est toujours un véritable phénomène, notamment au Sénégal. C’est à tel point, que dans ce pays, elle concurrence même le football. Aujourd’hui, la lutte sénégalaise remplit des stades entiers et génère des sommes colossales, y compris pour les lutteurs eux-mêmes. Certains (les stars nationales) peuvent toucher jusqu’à 200 000 euros par combat. Enfin, pour la petite histoire, le peintre et créateur français, Albert Decaris, fut à l’origine de plusieurs timbres postaux dont un « Luttes africaines » rendant hommage à la discipline.

Les paris sportifs en Afrique

Un continent aussi dynamique et porté sur le sport est aussi naturellement un haut lieu des paris sportifs. Les 3 plus gros marchés du continent (Kenya, Afrique du Sud et Nigéria) pèsent à eux seuls près de 40 milliards de dollars (chiffre en 2018). La méthode préférée des africains pour miser sur leurs sports favoris est sans conteste l’utilisation d’applications mobiles. Vous l’aurez compris, concernant les disciplines sur lesquelles parier, vous aurez l’embarras du choix.

Comme nous venons de le voir, le sport et les bookmakers sont loin d’avoir dit leurs derniers mots en Afrique. Les parieurs non plus, et il se pourrait bien que ça ne soit qu’un début.