Le « Made in China 2025 » est-il une menace pour le commerce mondial ?

0
126
chine 2025

Le gouvernement chinois a lancé « Made in China 2025 », une politique industrielle dirigée par l’État qui vise à faire de la Chine un acteur dominant de la fabrication de haute technologie dans le monde. Ce programme vise à utiliser les subventions gouvernementales, à mobiliser les entreprises d’État et à acquérir la propriété intellectuelle pour rattraper, puis dépasser, les prouesses technologiques occidentales dans les industries de pointe.

Pour les États-Unis et d’autres grandes démocraties industrialisées, cependant, ces tactiques non seulement sapent l’adhésion déclarée de Pékin aux règles du commerce international, mais posent également un risque pour la sécurité. Washington fait valoir que cette politique repose sur un traitement discriminatoire des investissements étrangers, des transferts de technologie forcés, le vol de propriété intellectuelle et le cyberespionnage, des pratiques qui ont encouragé le président Donald J. Trump à prélever des droits de douane sur les produits chinois et à bloquer plusieurs acquisitions d’entreprises technologiques soutenues par la Chine. Pendant ce temps, de nombreux autres pays ont renforcé leur surveillance des investissements étrangers, intensifiant le débat sur la meilleure façon de répondre au comportement de la Chine.

Qu’est-ce que Chine 2025 ?

Publié en 2015, Made in China 2025 est le plan décennal du gouvernement visant à actualiser la base manufacturière de la Chine en développant rapidement dix industries de haute technologie. Au premier rang de celles-ci figurent les voitures électriques et autres véhicules à énergie nouvelle, les technologies de l’information (TI) et les télécommunications de nouvelle génération, ainsi que la robotique avancée et l’intelligence artificielle.

Ces secteurs sont au cœur de ce que l’on appelle la quatrième révolution industrielle, qui fait référence à l’intégration du big data, du cloud computing et d’autres technologies émergentes dans les chaînes d’approvisionnement manufacturières mondiales. À cet égard, les décideurs chinois se sont inspirés du plan de développement de l’industrie 4.0 du gouvernement allemand.

L’objectif ultime de Pékin est de réduire la dépendance de la Chine vis-à-vis des technologies étrangères et de promouvoir les fabricants chinois de haute technologie sur le marché mondial. Les semi-conducteurs font l’objet d’une attention particulière, étant donné leur rôle central dans presque tous les produits électroniques. La Chine représente environ 60 % de la demande mondiale de semi-conducteurs, mais ne produit qu’environ 13 % de l’offre mondiale. Chine 2025 fixe des objectifs spécifiques : d’ici 2025, la Chine vise à atteindre une autosuffisance de 70 % dans les industries de haute technologie et, d’ici 2049 – date du centième anniversaire de la République populaire de Chine – elle cherche à occuper une position dominante sur les marchés mondiaux.

Les responsables chinois, qui craignent un retour de bâton de la part de la communauté internationale

Ils présentent de plus en plus le plan comme un projet ambitieux et non officiel. Ils ont commencé à réduire leurs allusions à ce plan lorsque les dirigeants occidentaux ont exprimé leurs préoccupations. Lors de la session d’ouverture de l’Assemblée nationale populaire de 2019, le Premier ministre Li Keqiang n’a pas du tout mentionné Chine 2025 ; c’était la première fois qu’il laissait le programme en dehors de son rapport annuel au congrès depuis son introduction.

Au cours des dernières décennies, le PCC a pris des mesures pour faire passer l’économie de l’extraction des ressources et de la fabrication à faible valeur ajoutée et à bas salaires – principalement dans les secteurs des mines, de l’énergie et des biens de consommation tels que les vêtements et les chaussures, qui représentent près de la moitié de l’économie du pays – à une économie de haute technologie et de haute productivité. La stratégie Chine 2025 vise à faire passer l’économie par cette transition difficile et à la faire sortir du « piège du revenu intermédiaire », dans lequel la croissance plafonne alors que les salaires commencent à augmenter, qui a frappé de nombreux autres pays en développement.

 

PARTAGER
Article précédentComment l’offre pro de free se démarque de la concurrence ?
Article suivantEfficacité énergétique et compétitivité
Le magazine Gataka est un transmetteur d'informations en temps réel concernant les sujets les plus brûlants du moment en matière de technologie, de business et de tendances digitales. Une source de savoir intarissable pour les amateurs comme pour les plus passionnés !