Revendre ses logiciels sans effort sur le marché secondaire : Comment ça marche ?

0
146

Avoir recours au marché secondaire pour revendre ses logiciels sans effort est désormais d’actualité dans plusieurs entreprises. En effet, la vitesse à laquelle la transformation numérique progresse est de nature à accélérer l’obsolescence des systèmes logiciels.

Pourtant, le coût des licences logicielles pèse de plus en plus lourd (environ 35 %) dans le budget informatique des entreprises. Si comme plusieurs, vous pensez que votre parc applicatif est un poste budgétivore, cet article vous concerne.

Voici pourquoi et comment revendre ses logiciels sans effort grâce au marché secondaire.

Revendre ses logiciels sur le marché secondaire : Comment procéder ?

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est important de parler brièvement du marché secondaire et de son fonctionnement.

Qu’est-ce que le marché secondaire des logiciels ?

Comme une sorte de marché d’occasion, le marché secondaire des logiciels est un lieu de rencontre des acheteurs et vendeurs de licences de logiciels.

C’est un marché qui agit comme un puissant levier d’optimisation et de gestion du parc applicatif des entreprises. Il permet aux entreprises de réaliser d’importantes économies en mettant en valeur les logiciels qui ne sont pas ou plus utilisés.

Le vendeur qui veut revendre ses logiciels sans effort publie son offre sur une plateforme dédiée, l’acheteur intéressé y répond et la transaction se déroule en toute sécurité et sans intermédiaire.

C’est en cela que procéder à un échange de licence de logiciel avec SoftCorner est une solution gagnant-gagnant.

De nombreuses PME se rendent sur cette marketplace pour acheter des licences logicielles de seconde main parce que les prix, souvent fixés en fonction de l’ancienneté de la version du logiciel, varient entre 20 et 80 % du prix du logiciel neuf.

Cela dit, revendre ses logiciels n’est possible que sous certaines conditions.

Dans quels cas peut-on revendre ses logiciels ?

Lorsqu’on évalue la proportion relative du coût des licences logicielles dans son budget informatique, on réalise aisément que la revente de certaines licences peut faire baisser la pression budgétaire de manière considérable.

Cela permettra également de minimiser le risque de non-conformité et d’améliorer la relation avec les éditeurs de logiciels.

Quel que soit le secteur, on peut revendre ses logiciels dans les cas où l’on voudrait par exemple :

  • Mettre en vente des logiciels que l’on n’a pas déployé en raison d’une erreur d’acquisition, d’une acquisition surdimensionnée, d’un abandon de projet, etc. ;
  • Revendre ses anciens logiciels dans le but de financer un projet d’investissement ;
  • Vendre les logiciels que l’on n’a pas utilisés après avoir effectué une migration, une restructuration, une réduction des effectifs, etc. ;
  • Effectuer une intégration IT optimale, telle qu’expliquée ici, après une fusion ;
  • Vendre ses licences « on premise » après avoir migré vers le Cloud ;

Quelles sont les conditions à remplir pour revendre ses logiciels sans effort ?

Bien que ce soit une bonne solution d’optimisation du coût des licences, on ne peut revendre ses logiciels sans effort que si certaines conditions sont réunies. Celles décrites sur cette page par exemple.

En tant qu’entreprise, cette opération n’est envisageable que dans les cas suivants :

  • Si à l’entame, vous avez acquis la licence de manière légale et légitime ;
  • Si vous l’avez initialement acquise au sein de l’UE ;
  • Si vous comptez la revendre au sein de l’UE ;
  • Si vous l’avez acquise avec l’autorisation de l’éditeur ;
  • Si vous l’avez acquise moyennant le paiement d’un montant ;
  • Si vous l’avez acquise pour une durée illimitée ;
  • Si vous l’avez acquise pour la durée conférée par les droits d’auteur.

Evidemment, pour revendre des logiciels, il faut avoir arrêté de les utiliser et les avoir rendus inopérants en les désinstallant de ses ordinateurs. La vente se passera alors dans le strict respect des dispositions légales.

Pour ce qui est de la question sécuritaire, tout dépendra de la plateforme de revente sur laquelle vous vous êtes rendu. Il faudra prendre soin d’étudier les conditions d’exploitation de chaque plateforme avant d’envisager y revendre ses logiciels sans effort.